Top of main content

Lettre d'information financière – Avril 2022

14/04/2022
Strategie 3x3
Pacte Dutreil
Inflation
Hedge funds

En décembre dernier, nous écrivions « l’inflation est la clé du scénario économique pour les trimestres à venir. Si elle reste contenue, les économies auront retrouvé leur trajectoire de croissance antérieure à la pandémie. Si l’inflation s’installe, la situation inédite d’hyperliquidité créée par les politiques monétaires non conventionnelles des grandes banques centrales peut se transformer en cauchemar ». Le conflit russo-ukrainien crée un choc exogène d’inflation qui remet en question notre conclusion de l’époque.

Éditorial

La recrudescence des risques géopolitiques a entraîné un retour de la volatilité sur les marchés financiers. L’inflation est repartie à la hausse et souligne plus que jamais la nécessité d’accélérer la transition énergétique et de diversifier nos sources d’approvisionnement.

La COP 26 a d’ailleurs souligné l’importance de renforcer nos efforts dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dès octobre 2020, HSBC annonçait son ambition d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2050 sur ses financements et ses investissements et se fixait un horizon 2030 sur son empreinte opérationnelle. Notre rapport annuel 2021 témoigne de l’engagement de HSBC à contribuer au verdissement de l’économie.

Nous considérons la transition mondiale nette zéro comme une occasion, non seulement de démontrer nos valeurs en mettant en place des actions tangibles, mais également en créant de la valeur pour nos clients, nos actionnaires et nos collaborateurs tout en respectant des normes élevées de gouvernance. Conformément à notre approche ESG, HSBC s’est engagé à fournir entre 750 et 1 000 milliards de dollars de financement et d’investissements durables d’ici à 2030. MSCI a récemment amélioré la notation ESG de HSBC, de BBB à AA en moyenne.

Dans le cadre de notre Banque Privée, cet engagement en faveur du développement durable se traduit par la disponibilité de multiples solutions d’investissement oeuvrant en ce sens :

  • Nos nouveaux mandats de gestion « CMS Sustainable » qui permettent d’atteindre un profil de risque donné avec des supports ESG.
  • Une palette étoffée de fonds thématiques sur la transition énergétique, la défense de l’environnement ou la biodiversité.
  • Des "placements à impact" avec comme objectif majeur de faire une différence

Selon une enquête HSBC produite en 2021, 61 % des émetteurs et investisseurs des marchés de capitaux affirment que leur sentiment de responsabilité envers la société a évolué, et s’estiment plus conscients et plus déterminés à avoir un impact positif. Nous avons observé une croissance de 100 % des actifs durables au premier semestre 2021 par rapport à la même période en 2020, ce qui reflète largement les intérêts de nos clients.

Nos équipes sont présentes pour vous guider dans cette année de transformation, de nouveaux défis et d’opportunités.

Incertitudes

Choc de l’offre

La Russie et l’Ukraine représentent environ 25 % des exportations mondiales de blé et de palladium, près de 15 % du charbon et du maïs, plus de 10 % du nickel, des engrais et du pétrole brut et à peine moins de 10 % des exportations mondiales d’aluminium, de gaz naturel et de bois. L’interruption brutale de l’accès à la plupart de ces ressources crée un effet rareté dans d’innombrables chaînes d’approvisionnement. Le corollaire immédiat est une forte progression des prix. Ces hausses de coût se transmettent ensuite aux prix de vente et, en l’absence de hausse proportionnée des salaires, elles représentent une baisse du pouvoir d’achat, une baisse de la consommation et une baisse de la croissance économique.

Hausse de l’inflation, baisse de la croissance économique

De ce fait, nos économistes ont révisé leurs perspectives en matière d’inflation et de croissance économique :

  • Au niveau mondial, la croissance économique anticipée passe de 4,1 % à 3,5 % pour l’année 2022 et de 3,2 % à 2,9 % pour 2023 avec une inflation attendue qui bondit de 4,6 % à 6,5 % en 2022 pour redescendre à 4,2 % en 2023.
  • Pour les États-Unis, la croissance attendue est désormais de 3,4 % en 2022 et 2,1 % en 2023 avec une inflation de 6,9 % qui redescend à 3,1 % en 2023.
  • La zone euro, très dépendante de la Russie pour son approvisionnement en énergie, est touchée de plein fouet avec une inflation attendue à 6,5 % en 2022 (contre 2,9 %) et 2,8 % en 2023. Cela provoque un ralentissement marqué de la croissance désormais anticipée à 2,6 % en 2022 et 1,8 % en 2023 alors que nous prévoyions en début d’année 3,8 % en 2022 et 2,2 % en 2023.

De nombreuses incertitudes

Ces chiffres ne constituent qu’une première estimation. En effet, l’impact des sanctions à l’encontre de la Russie est difficile à évaluer, ce d’autant que la dépendance vis-à-vis des ressources russes et ukrainiennes semble interdire à court terme de les appliquer de manière universelle. La possibilité et le timing d’une résolution diplomatique sont incertains. Une telle résolution entraînerait de plus un abandon au moins partiel des sanctions, impossible à évaluer aujourd’hui. Les cours d’équilibre des matières premières dont l’approvisionnement est perturbé par le conflit sont difficiles à anticiper… La réponse à ces interrogations est cruciale pour la croissance économique.

Nous invitons à la prudence

Il convient de trouver des réponses nouvelles pour limiter le ralentissement économique causé par cette crise. Les impacts en seront en outre très disparates, et certains intervenants bénéficieront des événements : la hausse des cours et la réorganisation des schémas d’approvisionnement sont positives pour les pays producteurs de matière première, le secteur militaire va connaître un afflux de commandes… Nous sommes confiants dans la capacité du système à absorber cette crise qui ne remet pas en cause l’attractivité et la pertinence des placements financiers. À court terme nous considérons néanmoins que le niveau d’incertitude est imparfaitement reflété dans la valorisation des marchés financiers et nous avons réduit de manière tactique nos expositions dans les portefeuilles.

Pacte Dutreil et engagement collectif réputé acquis

Dans la continuité de la précédente Lettre financière qui nous avait permis de faire le point sur les principales évolutions de la position de l’administration fiscale sur le pacte Dutreil au travers de la mise à jour de ses commentaires, nous revenons sur un récent arrêt de la cour d’appel de Douai. Cet arrêt du 17 mars nous rappelle que dans le cadre d’un pacte Dutreil avec un engagement collectif réputé acquis, un des donataires doit assumer une fonction de direction mais que rien ne s’oppose à un exercice conjoint avec le donateur.


Pour rappel, l’article 787 B du Code général des impôts dispose que les droits de transmission portant sur des parts ou actions de sociétés commerciales, industrielles (…) et soumises à un engagement collectif de conservation sont exonérés à concurrence de 75 % sous réserve du respect de certaines conditions.

Une de ces conditions est que l’un des associés signataires de l’engagement collectif ou l’un des héritiers ou donataires exerce une fonction de direction pendant la durée de cet engagement et les trois ans qui suivent la transmission.

Dans certaines situations, l’engagement collectif peut être « réputé acquis ». Dès lors qu’aucun engagement collectif n’a été effectivement pris entre les associés donateurs, il n’est pas possible pour l’un d’eux d’assumer la fonction de direction pendant les trois années qui suivent la transmission. Le gouvernement avait déjà précisé (réponse Moreau en date du 7 mars 2017) que l’exonération partielle ne pouvait pas s’appliquer si le donateur assurait la fonction de dirigeant de la société postérieurement à la transmission.


 

Homme parlant au téléphone


L’administration avait intégré cette réponse dans ses commentaires provisoires du 6 avril 2021 en ajoutant qu’une codirection entre donateur et donataire était impossible.

Dans l’arrêt précité, la cour d’appel de Douai rappelle que, dans le cadre d’un engagement réputé acquis, l’exercice d’une fonction de direction à compter de la transmission ne peut pas être assuré par le donateur. Mais que pour autant, dans cette situation, rien ne s’oppose à un exercice conjoint du donataire et du donateur des fonctions de direction.

Dans le cas d’espèce, les demandeurs ont vu leur demande de décharge des droits supplémentaires rejetée puisque seul le donateur avait assuré la direction de la société ; les donateurs n’ayant eu aucune fonction à la suite de la transmission des titres. Le régime d’exonération partielle Dutreil ne pouvait donc s’appliquer.

Rappelons que l’administration avait modifié fin décembre 2021 ses commentaires en précisant expressément qu’une codirection est possible entre donataire et donateur.
 

EY prix de l Entrepreneur de l Annee

 

EY prix de l’Entrepreneur de l’Année

En 2022, nous célébrons les 30 ans du prix de l’Entrepreneur EY dont HSBC est partenaire. Ce prix est l’occasion de mettre en avant les femmes et hommes, dirigeant(e)s d’ETI, PME ou start-up dont l’engagement humain, sociétal est associé à un modèle économique pérenne.

Cinq prix seront décernés lors de la cérémonie nationale qui se tiendra en octobre prochain.

Outre le prestigieux prix de l’Entrepreneur de l’Année, sera également récompensée la « Scale-up » de l’année (potentiellement future licorne tricolore) ou encore « l’Engagement sociétal ».

 

Source : Arrêt de la cour d’appel de Douai du 17 mars 2022, n° 20/02264

S’adapter à une inflation persistante

Les banques centrales, les économistes et les stratégistes de marchés ont tous dû ajuster leurs prévisions d’inflation en révisant à la hausse le pic attendu, en décalant dans le temps la date de ce pic et en prévoyant dorénavant un retour à la normale qui sera plus progressif. Avec des anticipations moyennes bien au-dessus de 2 % pour les cinq prochaines années, il est primordial que les banques centrales prennent le problème à bras-le-corps afin d’éviter l’entrée dans une spirale inflationniste qui s’autoentretiendrait.

La Fed a agi en mars en augmentant son taux directeur et en signalant que six autres augmentations pourraient avoir lieu cette année – ce qui correspond à nos prévisions. De plus, lorsque la Fed commencera à réduire la taille de son bilan (probablement en mai ou juin) nous nous attendons à une baisse du bilan de 1 000 milliards pour la première année.

La Banque d’Angleterre est plus modérée mais a encore augmenté ses taux ce mois-ci ; nous prévoyons deux nouvelles hausses cette année. En revanche, une seule hausse est attendue dans la zone euro.

Les prix des matières premières ont déjà fortement progressé et nous prévoyons un prix du baril moyen de 120 USD au deuxième trimestre. Nous pensons aussi que les tensions diminueront en cours d’année et que le baril devrait redescendre aux alentours de 105 USD.

Les cours des métaux devraient être soutenus par les dépenses en infrastructures – dépenses qui sont pour partie liées à la transition énergétique, qui demande une grande quantité de métaux. Les craintes sur l’approvisionnement poussent aussi les prix à la hausse.

Les implications sont nombreuses, avec une inflation américaine qui dépasse maintenant 8 % en rythme annualisé. Nous revenons progressivement vers les obligations liées à l’inflation, en particulier aux États-Unis (TIPS) où nous pensons qu’elles surperformeront les US Treasury.

Nous apprécions les métaux précieux, mais aussi les devises des pays exportateurs (Australie, Nouvelle-Zélande, Canada), ainsi que les marchés boursiers de certains de ces pays (Canada et Brésil). Nous pensons qu’il est aussi judicieux de garder une exposition au secteur de l’énergie dans son ensemble et de renforcer les investissements autour du thème de la transition énergétique.

Une croissance qui ralentit, mais pas de récession en vue

Bien que l’inflation élevée soit un problème et pèse sur le revenu disponible, nous ne pensons pas que le scénario de stagflation (inflation + croissance molle) devienne central. Nous pensons que les principales régions économiques n’entreront pas en récession ; et c’est ce qui a permis aux marchés financiers de fortement rebondir depuis le 15 mars.

La consommation reste orientée à la hausse, les entreprises ont toujours besoin de renouveler leurs inventaires et les dépenses d’infrastructure (en particulier dans l’énergie) devraient permettre d’étendre le cycle de croissance.

Ainsi nous pensons qu’il est important, au sein des portefeuilles actions, d’équilibrer les valeurs défensives et les valeurs cycliques ; mais détenir trop de valeurs défensives pourrait être une mauvaise option. Qu’elles soient défensives ou cycliques, nous nous concentrons sur les valeurs de qualité et sur celles qui distribuent des dividendes élevés de façon stable.

Un point sur les marchés actions chinois

Les marchés actions chinois ont récemment été très volatils ; une forte correction a été suivie d’un rebond tout aussi fort. L’une des principales raisons est à aller chercher du côté des États-Unis qui menacent de « dé-lister » certaines sociétés chinoises de la bourse de New York. Ces sociétés devront défendre leurs cas devant le régulateur américain à la fin du mois.


Le gouvernement chinois a promis un soutien à ces sociétés mais également aux marchés financiers locaux avec un assouplissement des mesures réglementaires qui pèsent sur les entreprises technologiques depuis plus d’un an. La volatilité pourrait encore rester forte sur ces titres, mais nous pensons que la réduction du risque réglementaire devrait soutenir les sociétés technologiques asiatiques.

Nous restons pour le moment Neutre sur les actions chinoises mais nous observons d’un bon oeil l’amélioration du momentum économique et le stimulus gouvernemental qui devrait aider le développement d’infrastructures et la transition énergétique.

Source : GIC avril 2022

Indicateurs

Sources : Bloomberg.

 

Voir Regarder vers le haut dans le Canyon

Solutions d’investissement

Homme parlant au téléphone

Qualité

Tout d’abord, nous nous concentrons sur la « qualité », qui fait référence aux entreprises qui sont dans une position solide pour générer des bénéfices, et dans l’environnement actuel, pour maintenir leurs marges et des bilans sains. Il est clair que les aspects ESG doivent pris en compte pour déterminer si le business model d’une entreprise est bien positionné pour l’avenir et en mesure de générer des flux de bénéfices solides dans le futur.

Homme parlant au téléphone

Revenu

Le deuxième aspect de notre stratégie 3x3 est la recherche de revenus. Ce n’est pas seulement parce que la plupart des investisseurs ont besoin de revenus dans leurs portefeuilles, mais aussi car les dividendes sont généralement plus stables que l’appréciation des prix, ce qui peut entraîner une certaine stabilisation des rendements.

Bien sûr, nous pouvons trouver des revenus sur le marché obligataire, et nous sommes actuellement surpondérés sur les segments Investment Grade, Hauts Rendements et les obligations d’entreprises émergentes en dollars. Compte tenu des perspectives de taux incertaines, nous préconisons les maturités courtes. Nous complétons notre recherche de rendements par le biais des actions à hauts dividendes, souvent moins volatiles que les indices et qui sont souvent des actions avec un biais « value » (contribuant à équilibrer le biais « value » par rapport à la « croissance »).

Homme parlant au téléphone

Diversification

Enfin, nous continuons de voir la diversification comme la clé de la résilience des portefeuilles. La corrélation entre les actions et les obligations est supérieure à la moyenne historique, mais toute classe d’actifs qui n’est pas parfaitement corrélée avec les actions fournit une certaine diversification. Nous préconisons une large exposition aux classes d’actifs alternatives. Les hedge funds constituent actuellement notre surexposition la plus importante, en raison de leur non-directionalité, et parce qu’ils sont en mesure de trouver des opportunités en période de volatilité (y compris volatilité intra-journalière).

Hedge funds : la diversification à travers la gestion active

Le premier « hedge fund » a été créé dans les années 1920 – le Partenariat Graham Newman fondé par Benjamin Graham. Depuis lors, l’étendue et la complexité de l’univers de la gestion alternative se sont considérablement accrues. Cette croissance a connu une forte augmentation depuis le début des années 1990 et s’est accélérée au tournant du millénaire. Début 2022, les actifs sous gestion du secteur atteignaient jusqu’à 4,01 trillions de dollars.

Des techniques différentes pour accéder aux marchés

Nous pouvons considérer les hedge funds comme un moyen d’accès alternatif aux marchés financiers. La gestion alternative utilise comme sous-jacents l’ensemble des classes d’actifs traditionnelles. Ces gérants ont des politiques d’investissement très flexibles et sont capables de réduire, d’éliminer ou d’amplifier le risque directionnel du marché. Généralement sans contraintes en matière d’approche d’investissement, les hedge funds utilisent l’effet de levier, les produits dérivés et la vente à découvert pour gérer leurs risques propres et atteindre leurs objectifs.

La complexité de ces techniques peut dissuader certains investisseurs d’intégrer des hedge funds. Cependant, ces techniques et instruments financiers sont les outils mêmes qui permettent aux hedge funds de bénéficier des mêmes marchés que leurs homologues plus conventionnels, et ce avec une plus grande liberté et flexibilité.

Gestion active

Les hedge funds constituent un moyen relativement efficace pour la plupart des investisseurs d’introduire une gestion active adéquate dans leurs portefeuilles et ajouter une source alternative et complémentaire de performance.

Les rendements des hedge funds se sont avérés plus dispersés que ceux des fonds classiques. Le degré élevé des paris de gestion active permet d’obtenir des performances plus élevées grâce à des gérants compétents, avec un risque baissier souvent moindre en période de crise et de dislocation des marchés. En revanche, les fonds de gestion classiques suivent plus étroitement la performance de leurs marchés respectifs. Il y a moins de dispersion entre les gérants, et comparativement, ils présentent un potentiel de hausse plus limité.

Les deux familles de gestion utilisent des marchés similaires, mais les fonds classiques sont confrontés à une réglementation plus stricte et sont plus contraints. Par exemple, les fonds traditionnels ne peuvent qu’éviter d’acheter les actions que les gérants n’apprécient pas, alors que les hedge funds peuvent les vendre à découvert et en tirer directement profit si les cours baissent. Ils peuvent également utiliser l’effet de levier afin d’optimiser l’impact d’un mouvement de marché parfois très faible.

Trouver le bon équilibre entre les hedge funds et les fonds traditionnels dépendra du niveau de gestion active privilégié.

Améliorer la frontière efficiente des portefeuilles

Les hedge funds ont surperformé les actions mondiales lors de la récession de 2000, et lors d’autres crises. Même en période de turbulences sur les marchés, les pertes des hedge funds ont souvent été moins importantes. Par contre, la gestion alternative a tendance à être à la traîne dans les marchés haussiers, en raison d’une faible exposition nette.

Dans l’ensemble, l’ajout de hedge funds à un portefeuille aurait amélioré la performance ajustée du risque au cours des 25 dernières années. Investir dans l’ensemble de l’univers n’est pas faisable en pratique ; une sélection minutieuse des gérants, une diversification appropriée et la construction rigoureuse d’un portefeuille sont des ingrédients essentiels pour accéder à une performance supérieure.

Synthèse

Une proposition clé des hedge funds réside dans leur flexibilité et dans la diversité des stratégies : une gestion active des investissements et des risques mise en oeuvre sans contrainte, avec le biais de l’effet de levier, de la valeur relative, des produits dérivés et d’autres techniques. Une telle boîte à outils offre l’opportunité de rendements plus élevés via des gérants habiles.

Alors que les hedge funds sont moins contraints et bénéficient d’une plus grande flexibilité, il existe des risques particuliers qui accompagnent cette plus grande latitude. En particulier, les investisseurs doivent être préparés à d’éventuelles périodes de relative sous-performance, par exemple en cas de forte hausse des marchés. Ils disposent d’une faible liquidité, de conditions de blocage et procédures de rachat particulières. Les investisseurs sont également exposés au risque de perte en capital en cas de défaillance du gestionnaire ; la sélection des gérants est par conséquent cruciale compte tenu de la grande dispersion des performances.

Les risques susmentionnés peuvent être gérés en diversifiant les stratégies, en procédant à des « due diligence » approfondies, en adoptant une sélection basée sur la recherche, en calibrant et allouant les stratégies de manière appropriée et en assurant un suivi actif et continu.



Lettre dinformation financiere - Pont sur la Colline

Comité de rédaction : Diane Alexane (Responsable de la gestion Conseillée), Julie Badaoui (Responsable Marketing), Nicolas Budry (Responsable Global Advisory Propositon France), Laurent Grisard (Responsable de la Gestion sous-mandat), Arnaud Meleard (Conseiller patrimonial), Jean-Michel Starck (Directeur de l’Offre)

Note à l’attention du lecteur du présent document.
 

Ce document est publié par HSBC Private Banking France, établissement en France de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A., à titre d’information uniquement et ne revêt aucun caractère contractuel. Les informations contenues dans ce document ne constituent ni un conseil en investissement, ni une offre d’achat ou de vente d’un produit ou d’un service financier et ne doivent pas être interprétées comme tels. En outre, ces informations sont uniquement destinées aux ressortissants de pays où leur utilisation n’est pas contraire aux lois ou réglementations locales en vigueur. Il relève de la responsabilité de chaque investisseur de se conformer aux lois ou réglementations locales qui lui sont applicables. Si vous avez des questions concernant les informations figurant dans le présent document, nous vous invitons à contacter votre interlocuteur privilégié ou, le cas échéant, à prendre avis auprès de vos conseils habituels.
 

La teneur du présent document repose sur des informations obtenues auprès de sources considérées comme fiables mais non contrôlées de manière indépendante. Bien que ces informations aient été préparées de bonne foi, aucune déclaration ni garantie, expresse ou tacite concernant leur exactitude ou leur exhaustivité, n’est ou ne sera faite et aucune responsabilité n’est ou ne sera acceptée par HSBC Private Banking France ou le Groupe HSBC ou par aucun de leurs dirigeants, employés ou salariés respectifs. Les informations sont communiquées, les opinions sont formulées et les estimations sont faites sur la base de nos connaissances au moment de la publication du présent document et peuvent faire l’objet de modifications sans préavis, sous réserve de dispositions légales ou réglementaires contraires.
 

Avant d’investir dans un Organisme de Placement Collectif (OPC) de droit français ou étranger ou dans un support en unité de compte adossé à un OPC de droit français ou étranger pour les contrats d’assurance-vie et/ou de capitalisation, vous devez prendre connaissance impérativement et attentivement de la version française du Document d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI) et de son prospectus, documents réglementaires disponibles sur demande ou sur ainsi que pour les contrats d’assurance-vie et / ou de capitalisation de la Notice d’Information / des conditions générales et des conditions additionnelles applicables aux clients de la succursale française de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. 
 

Avant toute décision d’investissement, il vous appartient de vous assurer, avec l’aide de vos conseils habituels, que le ou les supports considérés correspondent à votre expérience, à vos connaissances, à votre situation financière, à vos objectifs d’investissement, à votre sensibilité au risque, ainsi qu’à la réglementation dont vous relevez (et notamment la législation locale à laquelle vous seriez éventuellement assujetti). 
 

Les performances passées ne préjugent en rien des résultats futurs, et doivent être analysées avec prudence. Les investissements, soumis aux fluctuations de marché, peuvent varier tant à la baisse qu’à la hausse, et présentent un risque de perte en capital. 
 

Nous vous rappelons que selon la réglementation en vigueur, les personnes physiques, associations et sociétés n’ayant pas la forme commerciale, domiciliées ou établies fiscalement en France, sont tenues de déclarer, lors de leur déclaration de revenus ou de résultats, les comptes ouverts, détenus, utilisés ou clos à l'étranger ainsi que les revenus afférents. En outre, concernant les personnes physiques, dès la perception de revenus mobiliers par l’intermédiaire de ces comptes, ces dernières doivent s’acquitter des prélèvements sociaux et, le cas échéant, d’un acompte d’impôt sur le revenu. Enfin, sous certaines conditions, la fraction de la valeur représentative d’actifs immobiliers de parts ou actions de sociétés ou organismes détenus sur ces comptes doit être déclarée à l’impôt sur la fortune immobilière si les titulaires concernés en sont redevables.
 

Par ailleurs, selon la réglementation en vigueur, les personnes physiques domiciliées fiscalement en France, sont tenues de déclarer, lors de leur déclaration de revenus, certaines informations relatives aux contrats de capitalisation et placements de même nature, et notamment aux contrats d’assurance-vie, souscrits auprès d’organismes établis hors de France et, le cas échéant, les produits générés sur ces contrats lors d'un rachat total ou partiel. En outre, ces dernières doivent s’acquitter, des prélèvements sociaux exigibles au titre de leur contrat. Enfin, la valeur de rachat des contrats d’assurance rachetables et des bons ou contrats de capitalisation à hauteur de la fraction de leur valeur représentative des unités de compte composées d’actifs immobiliers imposables doit être déclarée à l’impôt sur la fortune immobilière si les titulaires concernés en sont redevables. 
 

En cas de non-respect de ces obligations, les personnes concernées s’exposent à des rappels d'impôts et à l'application de sanctions. Pour plus de précisions concernant les obligations déclaratives et fiscales vous incombant, nous vous recommandons de vous rapprocher d’un conseil indépendant.
 

Conformément aux dispositions du Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles (UE) 2016/679 du 27 avril 2016 toutes les données à caractère personnel sont collectées, traitées et conservées conformément à la Charte de Protection des Données Personnelles accessible sur le site :
 

http://www.hsbc.lu/
 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'une des informations de cette Charte de Protection des Données Personnelles, veuillez adresser vos questions, commentaires et demandes à votre interlocuteur habituel ou à http://www.hsbc.lu/ ou à notre Délégué à la Protection des Données qui peut être contacté à l'adresse suivante :
 

HSBC Continental Europe - Délégué à la protection des données

38 avenue Kléber, 75116 PARIS, France 

ou dataprotection@hsbc.fr
 

Il est par ailleurs rappelé que, conformément à la réglementation applicable, tout consommateur dispose de la possibilité de s’inscrire gratuitement sur la liste d’opposition à démarchage téléphonique : www.bloctel.gouv.fr. Il est interdit à un professionnel de démarcher téléphoniquement un consommateur inscrit sur cette liste, sauf en cas de relations contractuelles.
 

L’activité de banque privée peut être exercée dans le monde entier par différentes entités juridiques du Groupe HSBC conformément aux exigences réglementaires locales. Les produits et les services décrits dans ce document peuvent être proposés par différentes sociétés du Groupe HSBC. Certains produits ou services ne sont cependant pas disponibles dans certaines zones géographiques. Par ailleurs, certaines agences HSBC interviennent en tant que points d’entrée de HSBC Private Banking France mais ne sont pas autorisées à présenter ou vendre des produits et des services, ou encore à offrir des conseils à la clientèle privée. De plus amples informations sont disponibles sur demande. Une liste complète des entités de banque privée est disponible sur notre site Internet, www.hsbcprivatebankfrance.com
 

© Copyright.HSBC Private Banking France. TOUS DROITS RESERVES.
 

Aucune partie de ce document ne peut être reproduite, stockée dans un système de récupération de données ou transmise à quelque fin ou par quelque moyen que ce soit (électronique, mécanique, photocopie, enregistrement ou autre) sans la permission expresse et écrite de HSBC Private Banking France, 38 avenue Kléber – 75116 Paris – France.

HSBC Private Banking France

Etablissement en France de

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A.

Adresse de l’établissement : 

38 avenue Kléber – 75116 Paris (France)

Tél +33 (0) 1 49 52 20 00

SIREN 911 971 083 RCS Paris

TVA intracommunautaire : FR34911971083

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A.

Société anonyme de droit luxembourgeois

Capital social : 240.000.000 euros

Numéro d’immatriculation RCS Luxembourg : B52461

Siège social : 18 Boulevard de Kockelscheuer - L-1821 Luxembourg

Banque et intermédiaire en assurances immatriculé auprès de l’Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurances sous le numéro 2011CM008 (www.orias.fr

Site internet : www.hsbcprivatebankfrance.com  

HSBC Private Banking France est la succursale de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. en France.

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. est agréée en tant qu'établissement de crédit et soumise au contrôle prudentiel de la Commission de Surveillance du Secteur Financier au Luxembourg (CSSF) et est autorisée à exercer ses activités en France à la fois sur la base de la libre prestation de services et par l'intermédiaire de sa succursale.

HSBC Private Banking France est située au 38 avenue Kléber, 75116 Paris, France. 

En plus d'être principalement supervisée par la CSSF au Luxembourg, HSBC Private Banking France est également soumise à la surveillance de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) :

L'adresse de contact de l'ACPR est la suivante : 

    Autorité de Contrôle prudentiel et de résolution

    4, place de Budapest

    CS 92459

    75436, Paris Cedex 09

    France

 

L'adresse de contact de l'AMF est la suivante : 

    Autorité des marchés financiers

    17, place de la Bourse

    75082, Paris Cedex 02

    France

This insight is only available when you're logged on.  

 

It is restricted to HSBC customers with the appropriate account details or transaction history.

Unfortunately, this content isn't available based on your account details. 

 

However there's still a wealth of information here for you.