Top of main content

Flash d’information financière - Septembre 2021

21/09/2021, updated 04/07/2022
ESG
Rentabilité
Millenials
Chine
Cession d’entreprise

La déroute des indices chinois fin juillet, malgré un contexte euphorique partout ailleurs, a surpris l’ensemble des investisseurs. Les nouvelles mesures réglementaires sur le soutien scolaire (obligation pour les sociétés qui font du soutien scolaire de devenir à but non lucratif et limitation de la participation des capitaux étrangers) imposées par le régime chinois ont provoqué une baisse de confiance des investisseurs entraînant une chute de 8 % de l’indice chinois (CSI 300) sur le mois de juillet et de 10 % de l’indice Hang Seng (indice contenant plus de valeurs technologiques chinoises). Pourquoi réformer le secteur de l’éducation ? Peut-on craindre de nouvelles réglementations dans d’autres secteurs ? La Chine reste-t-elle une bonne opportunité d’investissement ?

La Chine : une terre de craintes et d’opportunités

Pourquoi de telles mesures de réglementations sur le secteur de l’éducation privée ?

Depuis l’arrivée de Xi Jinping en 2012, le régime chinois vise à réduire la pauvreté et à stimuler le taux de natalité de son pays. Pour atteindre cet objectif, le régime souhaite abaisser le coût financier de la parentalité qui repose principalement sur l’éducation, le logement et la santé. L’annonce de restrictions était donc à prévoir ; en revanche, elles ont été beaucoup plus radicales qu’attendues. Ce durcissement a donc surpris l’ensemble des investisseurs et des valeurs telles que Tal Education ou New Oriental Education ont plongé de plus de 70 % en trois jours.

Doit-on craindre de nouvelles mesures dans d’autres secteurs ?

Ces mesures visant l’éducation s’inscriventdans un objectif global du régime chinois de croissance durable et saine, et font suite à une série de mesures de resserrement réglementaire sur la confidentialité des données, la cybersécurité et les lois antimonopole. Il est donc fort probable que de nouvelles mesures soient annoncées. La visibilité sur celles-ci reste limitée. En guise d’exemple, lors du dernier comité, le président chinois a mis l’accent sur les efforts que doivent faire pour ses compatriotes les plus fortunés afin d’oeuvrer davantage à la « prospérité commune » et a promis un « ajustement » des revenus excessifs. Cette dernière allocution a entraîné la chute des valeurs du luxe, sur une semaine -13 % pour LVMH, -17 % Kering.

Difficile également d’appréhender les nouvelles réglementations sur le secteur Internet, or celui-ci représente plus de 40 % de la valorisation des actions chinoises.

En parallèle, la Chine doit faire face à une nouvelle vague de Covid liée au variant Delta dans les provinces du Sud entraînant des restrictions locales. Ces mesures pourraient s’étendre à d’autres provinces.

Nos analystes ont donc décidé de passer Neutre sur la Chine.

Doit-on céder à la panique ? La Chine reste-t-elle une zone d’opportunité ?

Malgré ce contexte, nos analystes ont maintenu leur prévision de croissance pour l’année 2021 et anticipent toujours une croissance de 8,5 %, soit une croissance plus élevée que celle des États-Unis (6,5 %) ou de l’Europe (4,9 %). De plus, la classe moyenne chinoise ainsi que son pouvoir d’achat devraient continuer à fortement croître durant les prochaines années. Ensuite, le régime chinois souhaite réguler davantage les entreprises technologiques mais il continue à favoriser les innovations dans ce secteur, ce qui laisse entrevoir de belles opportunités. Enfin nous anticipons la poursuite du soutien du régime chinois à travers notamment une augmentation des dépenses budgétaires dans les domaines liés au 14e plan quinquennal (2021-2025) et la réduction des taxes pour les entreprises limitant les émissions polluantes.

Par conséquent, la volatilité du marché chinois devrait créer, selon nous, des opportunités d’investissements à moyen terme, en particulier dans les secteurs plus résilients, défensifs et moins exposés au risque de réglementation pour la protection du consommateur chinois (tels que les véhicules électriques, l’énergie renouvelable).

Indicateurs

La cession d’entreprise, un processus qui s’anticipe

On estime que près de 500 000 entreprises, toutes tailles confondues, auraient vocation à être transmises dans les prochaines années. Selon les statistiques de cette dernière décennie, ce chiffre reste relativement stable. Mais cela reflète des disparités importantes et une réalité bien différente. Si entre 160 000 et 180 000 entreprises cherchent des repreneurs, toutes ne sont pas « reprenables », et seules 50 000 à 60 000 entreprises sont réellement transmises annuellement. La part des PME de plus de 10 salariés et des ETI est de près de 11 000 entreprises. De nombreux critères sont à prendre en compte pour affiner le marché sur lequel la cession va se positionner : secteur, situation géographique, nombre de salariés, chiffre d’affaires, etc. Plus les valorisations recherchées vont être élevées, plus le marché sera confidentiel et potentiellement restreint.

     

Mise en place du tableau blanc

Bien sûr, il n’est pas possible de ne pas évoquer l’impact de la crise sanitaire de la COVID-19 qui a eu pour conséquence un gel quasi total sur le premier semestre 2020 de l’ensemble des opérations de transmission qui avait été initié. Nombre de dirigeants ont préféré repousser la cession de leur entreprise a minima d’un exercice, inquiets de l’impact des perturbations économiques sur la valorisation de leur activité. Pour autant, si cette crise marquera profondément notre société avec des conséquences économiques et sociétales qui se feront sans doute sentir durablement, on constate que le marché de la transmission d’entreprises a retrouvé dès 2021 un dynamisme vigoureux dans certains secteurs d’activités.

La décision de céder son entreprise par le dirigeant relève de multiples ressorts tant psychologiques, économiques que fiscaux. La cession d’une entreprise est sans aucun doute une étape clé dans la vie du dirigeant avec un maître-mot : l’anticipation, tant cette opération va impacter de manière substantielle le patrimoine de l’entrepreneur. Le processus de cession peut être plus ou moins long et nécessite de se poser les bonnes questions.

Le dirigeant devra tout d’abord s’interroger sur ses motivations et les objectifs poursuivis. Pourquoi céder ? Que faire après la cession ? À qui céder ? Sous quel délai ? Souhaite-t-il accompagner le repreneur ou au contraire couper très rapidement les ponts…
 

Ce premier questionnement réalisé, et avant de mettre officiellement en vente son entreprise, le dirigeant devra faire réaliser un bilan stratégique. Ce bilan aura pour vocation de faire un check-up complet de l’entreprise pour repérer les faiblesses qui pourraient poser problème avant la vente, détecter les points d’amélioration et y apporter des solutions concrètes. Il s’agira également de mettre en exergue les points forts qui seront bien utiles pour mener avantageusement les négociations. Ce bilan devra être exhaustif et couvrir les aspects sociaux, organisationnels, comptables, financiers, juridiques, commerciaux, fiscaux ou encore environnementaux.

Passée cette étape indispensable ou parallèlement, le dirigeant devra faire réaliser une évaluation de la valorisation de son entreprise. Cette valorisation sera établie en combinant différentes méthodes de calcul. Une première évaluation par rapport au chiffre d’affaires pourra être faite selon des multiples en tenant compte d’un panel d’entreprises similaires. D’autres chiffres plus pertinents (EBITDA, EBE…), selon les spécificités du secteur, pourront se substituer au chiffre d’affaires. On retiendra également une évaluation déterminée sur la base d’une actualisation des flux futurs ou bien encore une évaluation patrimoniale nécessitant de valoriser séparément chaque élément de l’actif et du passif.

En même temps qu’il mènera les négociations, qu’il assurera toutes les dues diligences inhérentes au process de cession tout en continuant de développer son activité, le dirigeant devra se pencher sur toute la dimension patrimoniale de son opération. La cession est en effet une réelle opportunité pour s’interroger sur l’organisation de ses projets futurs, sur le mode de financement de son train de vie post-cession mais aussi sur la transmission de ce nouveau patrimoine privé.

L’approche patrimoniale consistera dans un premier temps à sensibiliser le dirigeant à la fiscalité des plus-values sur titres. Lorsque le cédant est une personne physique, les plus-values de cession sont imposées par principe au taux maximum de 34 % (application du prélèvement forfaitaire unique de 30 %, auquel s’ajoute la CEHR ). Toutefois, sous certaines conditions, une option pour une imposition selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu pourra être envisagée, laquelle permettra d’abaisser le taux maximum d’imposition à 28 % environ.

Les différents projets et objectifs du dirigeant, combinés à la bonne compréhension et à l’anticipation des conséquences patrimoniales de la cession, détermineront les stratégies qui pourront être mises en oeuvre préalablement à la vente. Parmi celles les plus fréquemment rencontrées, nous retrouvons les opérations de donation-cession et d’apport-cession.

Dans le cadre de la préparation de sa transmission, le dirigeant pourra réaliser une donation de titres, préalablement à leur cession, permettant de « gommer » toute ou partie de la plusvalue. En fonction des objectifs du cédant, la donation peut être consentie en pleine ou en nue-propriété, notamment en faveur d’enfants, d’un conjoint ou d’un partenaire pacsé. En faveur des enfants, les donations bénéficient d’un abattement de 100 000 € et supportent une fiscalité de l’ordre de 20 % jusqu’à 552 324 €.

En cas de souhait de redéploiement d’une activité professionnelle, la stratégie d’apport-cession trouve alors toute sa place. Les plus-values d’apport de titres à une société soumise à l’impôt sur les sociétés et contrôlée par l’apporteur (société existante ou créée à cet effet) bénéficient d’un régime de report d’imposition automatique sous conditions.

La cession des titres apportés par la société bénéficiaire dans un délai de trois ans met fin au report d’imposition de la plus-value d’apport sauf si cette société réinvestit dans un délai de deux ans à compter de la cession, au moins 60 % du prix de vente dans une activité économique éligible telle que le financement d’une activité opérationnelle en direct1, l’achat d’un bloc de contrôle d’une société opérationnelle2, l’augmentation de capital d’une société opérationnelle3 ou encore la souscription dans certains fonds de capital investissement4. Le solde du produit de la cession (40 %) est libre de toute contrainte de réinvestissement.
 

Une telle opération permet au cédant de dédier l’intégralité du prix de vente des titres apportés à la réalisation de nouveaux projets à caractère professionnel et/ou à titre de diversification patrimoniale.

Post-cession, le dirigeant peut également avoir à coeur de consacrer du temps et une partie du produit de la cession de son entreprise à des oeuvres qui lui sont chères. Dans cette perspective, il aura tout intérêt à constituer, préalablement à la cession, une structure philanthropique (fonds de dotation ou fondation) en faveur de laquelle une donation de titres sera réalisée. Une telle donation sera exonérée de toute fiscalité et permettra au donateur de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66 % du montant des biens donnés. Cette réduction d’impôt est applicable aux revenus soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu (elle ne s’impute pas sur une plus-value soumise au prélèvement forfaitaire unique). La cession ultérieure des titres par le fonds de dotation ou la fondation ne générera aucune fiscalité. Le prix de cession, ou capital philanthropique, devra être utilisé comme outil de financement privé et désintéressé d’actions d’intérêt général.

HSBC Private Banking
« incontournable »

Decideurs logo

HSBC Private Banking une nouvelle fois classée Banque Privée affiliée « Incontournable » selon Décideurs magazine - Leaders League : 

Merci aux équipes pour leur investissement et à nos clients pour leur confiance et leur fidélité.
 

1 Sources : BPCE l’Observatoire. 2 Pour les titres acquis avant le 1er janvier 2018, une option pour une imposition selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu demeure applicable. Cette option, globale et définitive, concerne tous les revenus de capitaux mobiliers (intérêts, dividendes et plus-values). 3 Le prélèvement forfaitaire unique (ou flat tax) se compose de l’impôt sur le revenu au taux forfaitaire de 12,8 % et des prélèvements sociaux au taux actuel de 17,2 %. 4 CEHR : Contribution Exceptionnelle sur les Hauts Revenus aux taux de 3 % et 4 % selon la composition du foyer fiscal et le revenu fiscal de référence. 5 Les donations sont imposées au barème des droits de donation composé de sept tranches dont la tranche marginale est de 45 % au-delà de 1 805 677 € de patrimoine transmis.

     

La rentabilité de l’entreprise est cruciale

Logo HSBC en vue sur la ville

    

Après la reprise en V de l’économie et des marchés mondiaux, nous entrons maintenant dans la phase de milieu de cycle. Au cours de cette phase, la croissance économique est généralement un peu plus lente mais toujours positive, et il n’est pas encore nécessaire de resserrer sensiblement la politique monétaire. Ce mix reste positif pour les actions, mais le rythme de performance des actions peut ralentir, comme nous l’avions suggéré le mois dernier. Nous avons également réduit nos positions dans les matériaux et les valeurs industrielles à neutre car le commerce de reflation s’est affaibli.

Nous pensons judicieux d’adopter une préférence pour les grandes capitalisations, et en effet, nous avons récemment observé une rotation en faveur des grandes capitalisations dans une grande partie du monde. Les grandes capitalisations ont tendance à être moins domestiques, plus diversifiées et souvent légèrement moins cycliques que les petites capitalisations. Aux États-Unis, on trouve une bonne représentation des valeurs technologiques (et des leaders technologiques dans d’autres secteurs), que nous surpondérons. L’exception est le Royaume-Uni, où la réouverture a profité aux small caps, mais nous pensons que cela est insoutenable car les données économiques y sont désormais globalement plus faibles que prévu. Nous pensons que les grandes capitalisations sont bien adaptées à la phase intermédiaire du cycle. En raison de notre accent mis sur les grandes capitalisations et la qualité, nous passons la technologie américaine à une surpondération totale, notant que le secteur bénéficie d’une bonne dynamique récente. Nous relevons le dollar à la hausse en raison de plusieurs facteurs. Tout d’abord, les rendements réels américains pourraient avoir atteint leur point bas, sachant que la réduction progressive des achats d’obligations débutera en novembre ou décembre et que les anticipations d’inflation pourraient commencer à baisser dans les prochains mois en raison de l’atténuation des effets de base sur les prix des matières premières et des biens. Deuxièmement, le ralentissement de la hausse des marchés actions constitue un frein pour le dollar américain (en raison de ses caractéristiques de valeurs refuges). Et alors que la croissance mondiale ralentit, les autres devises sont moins soutenues. Pour autant, nous ne prévoyons qu’un léger rebond du dollar, la normalisation de la politique monétaire de la Fed étant lente, et les spéculateurs disposent déjà de positions haussières (« longues ») significatives sur le dollar.

    

La nouvelle génération d’entrepreneurs donne du sens à ses projets

« Les millenials donnent du sens à leurs investissements »

Les millenials ont des attentes multiples qui ne se focalisent pas seulement sur les enjeux financiers, ils s’attachent également très tôt à comprendre et à donner du sens à leurs investissements.

Le Groupe HSBC partage ces convictions et s’est engagé, par exemple, à financer plus de 750 Md$ de projets en faveur de la transition énergétique. HSBC fait partie des plus grands émetteurs d’obligations « vertes » et est régulièrement récompensé dans ce domaine.

Ces engagements se reflètent dans la gestion privée de HSBC Private Banking avec le lancement d’une gamme de mandats de gestion 100 % ESG et en proposant à nos clients des produits structurés avec des sous-jacents « green » ou des critères ESG.
 

Ecran tactile de rue

La nouvelle génération d’entrepreneurs recherche un accompagnement concernant la croissance de leur entreprise ou la reprise d’une entreprise familiale. Au-delà de ce service que nous offrons avec nos experts, nous développons également différents partenariats en faveur de l’entreprenariat féminin et des millenials à Paris, à Londres, aux États-Unis et en Asie.

« Le numérique au coeur des outils de captation et de satisfaction pour les millenials »

Nous proposons nos newsletters d’information financière au format digital.

De nombreux contenus sont également disponibles sur notre chaîne « HSBC YouTube » sur les thèmes de l’entrepreneuriat, du changement climatique ou de la diversité.

À travers nos programmes de conférences en ligne nous mettons en relation de jeunes entrepreneurs avec des leaders de l’industrie ou des personnalités marquantes du monde de la philanthropie, afin de favoriser la transmission et le partage des expériences entre les générations.

« Répondre rapidement et efficacement aux attentes de jeunes entrepreneurs »

La nouvelle génération accorde une place importante au travail en communauté.

Très tôt, au sein de nos équipes à Paris, nous avons mis en place une équipe transversale consacrée aux entrepreneurs regroupant la banque privée, la banque des entreprises et la banque d’investissement.

Cette approche globale nous permet de répondre le plus efficacement possible aux attentes de jeunes entrepreneurs à la tête d’entreprises fortement valorisées.

Nos équipes en France et à l’international accompagnent les enfants de nos clients et la nouvelle génération d’entrepreneurs ; n’hésitez pas à en parler avec votre banquier privé.
 

Femme regardant a travers la fenetre

Note à l’attention du lecteur du présent document.
 

Ce document est publié par HSBC Private Banking France, établissement en France de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A., à titre d’information uniquement et ne revêt aucun caractère contractuel. Les informations contenues dans ce document ne constituent ni un conseil en investissement, ni une offre d’achat ou de vente d’un produit ou d’un service financier et ne doivent pas être interprétées comme tels. En outre, ces informations sont uniquement destinées aux ressortissants de pays où leur utilisation n’est pas contraire aux lois ou réglementations locales en vigueur. Il relève de la responsabilité de chaque investisseur de se conformer aux lois ou réglementations locales qui lui sont applicables. Si vous avez des questions concernant les informations figurant dans le présent document, nous vous invitons à contacter votre interlocuteur privilégié ou, le cas échéant, à prendre avis auprès de vos conseils habituels.
 

La teneur du présent document repose sur des informations obtenues auprès de sources considérées comme fiables mais non contrôlées de manière indépendante. Bien que ces informations aient été préparées de bonne foi, aucune déclaration ni garantie, expresse ou tacite concernant leur exactitude ou leur exhaustivité, n’est ou ne sera faite et aucune responsabilité n’est ou ne sera acceptée par HSBC Private Banking France ou le Groupe HSBC ou par aucun de leurs dirigeants, employés ou salariés respectifs. Les informations sont communiquées, les opinions sont formulées et les estimations sont faites sur la base de nos connaissances au moment de la publication du présent document et peuvent faire l’objet de modifications sans préavis, sous réserve de dispositions légales ou réglementaires contraires.
 

Avant d’investir dans un Organisme de Placement Collectif (OPC) de droit français ou étranger ou dans un support en unité de compte adossé à un OPC de droit français ou étranger pour les contrats d’assurance-vie et/ou de capitalisation, vous devez prendre connaissance impérativement et attentivement de la version française du Document d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI) et de son prospectus, documents réglementaires disponibles sur demande ou sur ainsi que pour les contrats d’assurance-vie et / ou de capitalisation de la Notice d’Information / des conditions générales et des conditions additionnelles applicables aux clients de la succursale française de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. 
 

Avant toute décision d’investissement, il vous appartient de vous assurer, avec l’aide de vos conseils habituels, que le ou les supports considérés correspondent à votre expérience, à vos connaissances, à votre situation financière, à vos objectifs d’investissement, à votre sensibilité au risque, ainsi qu’à la réglementation dont vous relevez (et notamment la législation locale à laquelle vous seriez éventuellement assujetti). 
 

Les performances passées ne préjugent en rien des résultats futurs, et doivent être analysées avec prudence. Les investissements, soumis aux fluctuations de marché, peuvent varier tant à la baisse qu’à la hausse, et présentent un risque de perte en capital. 
 

Nous vous rappelons que selon la réglementation en vigueur, les personnes physiques, associations et sociétés n’ayant pas la forme commerciale, domiciliées ou établies fiscalement en France, sont tenues de déclarer, lors de leur déclaration de revenus ou de résultats, les comptes ouverts, détenus, utilisés ou clos à l'étranger ainsi que les revenus afférents. En outre, concernant les personnes physiques, dès la perception de revenus mobiliers par l’intermédiaire de ces comptes, ces dernières doivent s’acquitter des prélèvements sociaux et, le cas échéant, d’un acompte d’impôt sur le revenu. Enfin, sous certaines conditions, la fraction de la valeur représentative d’actifs immobiliers de parts ou actions de sociétés ou organismes détenus sur ces comptes doit être déclarée à l’impôt sur la fortune immobilière si les titulaires concernés en sont redevables.
 

Par ailleurs, selon la réglementation en vigueur, les personnes physiques domiciliées fiscalement en France, sont tenues de déclarer, lors de leur déclaration de revenus, certaines informations relatives aux contrats de capitalisation et placements de même nature, et notamment aux contrats d’assurance-vie, souscrits auprès d’organismes établis hors de France et, le cas échéant, les produits générés sur ces contrats lors d'un rachat total ou partiel. En outre, ces dernières doivent s’acquitter, des prélèvements sociaux exigibles au titre de leur contrat. Enfin, la valeur de rachat des contrats d’assurance rachetables et des bons ou contrats de capitalisation à hauteur de la fraction de leur valeur représentative des unités de compte composées d’actifs immobiliers imposables doit être déclarée à l’impôt sur la fortune immobilière si les titulaires concernés en sont redevables. 
 

En cas de non-respect de ces obligations, les personnes concernées s’exposent à des rappels d'impôts et à l'application de sanctions. Pour plus de précisions concernant les obligations déclaratives et fiscales vous incombant, nous vous recommandons de vous rapprocher d’un conseil indépendant.
 

Conformément aux dispositions du Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles (UE) 2016/679 du 27 avril 2016 toutes les données à caractère personnel sont collectées, traitées et conservées conformément à la Charte de Protection des Données Personnelles accessible sur le site :
 

http://www.hsbc.lu/
 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'une des informations de cette Charte de Protection des Données Personnelles, veuillez adresser vos questions, commentaires et demandes à votre interlocuteur habituel ou à http://www.hsbc.lu/ ou à notre Délégué à la Protection des Données qui peut être contacté à l'adresse suivante :
 

HSBC Continental Europe - Délégué à la protection des données

38 avenue Kléber, 75116 PARIS, France 

ou dataprotection@hsbc.fr
 

Il est par ailleurs rappelé que, conformément à la réglementation applicable, tout consommateur dispose de la possibilité de s’inscrire gratuitement sur la liste d’opposition à démarchage téléphonique : www.bloctel.gouv.fr. Il est interdit à un professionnel de démarcher téléphoniquement un consommateur inscrit sur cette liste, sauf en cas de relations contractuelles.
 

L’activité de banque privée peut être exercée dans le monde entier par différentes entités juridiques du Groupe HSBC conformément aux exigences réglementaires locales. Les produits et les services décrits dans ce document peuvent être proposés par différentes sociétés du Groupe HSBC. Certains produits ou services ne sont cependant pas disponibles dans certaines zones géographiques. Par ailleurs, certaines agences HSBC interviennent en tant que points d’entrée de HSBC Private Banking France mais ne sont pas autorisées à présenter ou vendre des produits et des services, ou encore à offrir des conseils à la clientèle privée. De plus amples informations sont disponibles sur demande. Une liste complète des entités de banque privée est disponible sur notre site Internet, www.hsbcprivatebankfrance.com
 

© Copyright.HSBC Private Banking France. TOUS DROITS RESERVES.
 

Aucune partie de ce document ne peut être reproduite, stockée dans un système de récupération de données ou transmise à quelque fin ou par quelque moyen que ce soit (électronique, mécanique, photocopie, enregistrement ou autre) sans la permission expresse et écrite de HSBC Private Banking France, 38 avenue Kléber – 75116 Paris – France.

HSBC Private Banking France

Etablissement en France de

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A.

Adresse de l’établissement : 

38 avenue Kléber – 75116 Paris (France)

Tél +33 (0) 1 49 52 20 00

SIREN 911 971 083 RCS Paris

TVA intracommunautaire : FR34911971083

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A.

Société anonyme de droit luxembourgeois

Capital social : 240.000.000 euros

Numéro d’immatriculation RCS Luxembourg : B52461

Siège social : 18 Boulevard de Kockelscheuer - L-1821 Luxembourg

Banque et intermédiaire en assurances immatriculé auprès de l’Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurances sous le numéro 2011CM008 (www.orias.fr

Site internet : www.hsbcprivatebankfrance.com  

HSBC Private Banking France est la succursale de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. en France.

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. est agréée en tant qu'établissement de crédit et soumise au contrôle prudentiel de la Commission de Surveillance du Secteur Financier au Luxembourg (CSSF) et est autorisée à exercer ses activités en France à la fois sur la base de la libre prestation de services et par l'intermédiaire de sa succursale.

HSBC Private Banking France est située au 38 avenue Kléber, 75116 Paris, France. 

En plus d'être principalement supervisée par la CSSF au Luxembourg, HSBC Private Banking France est également soumise à la surveillance de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) :

L'adresse de contact de l'ACPR est la suivante : 

    Autorité de Contrôle prudentiel et de résolution

    4, place de Budapest

    CS 92459

    75436, Paris Cedex 09

    France

 

L'adresse de contact de l'AMF est la suivante : 

    Autorité des marchés financiers

    17, place de la Bourse

    75082, Paris Cedex 02

    France

This insight is only available when you're logged on.  

 

It is restricted to HSBC customers with the appropriate account details or transaction history.

Unfortunately, this content isn't available based on your account details. 

 

However there's still a wealth of information here for you.