Top of main content

Flash d'information financière - Novembre 2020

10/11/2020, updated 29/08/2022
Valeurs cycliques.
Investir
5G
Elections US

Cela a été un vrai feuilleton à l'américaine… ou à « la Trump ». Après quatre jours d'attente des résultats de plusieurs États clés pour pouvoir départager le candidat du parti républicain, Donald Trump, de celui du parti démocrate, Joe Biden, les médias ont annoncé la victoire de justesse de Joe Biden à la course à la présidence des États-Unis dimanche. À l'heure où nous écrivons cet article, le Congrès américain resterait divisé (la Chambre des Représentants resterait démocrate mais le Sénat serait républicain). Toutefois il faut noter que Donald Trump s'est engagé dans une véritable bataille judiciaire pour contester les résultats.

Editorial

Qui sera le 46e Président des États-Unis ?

Tout laisse à penser que le résultat complet définitif devrait prendre plus de temps que lors de l'élection présidentielle de 2016. En effet, nous avons assisté à une forte participation (66,9 % contre 59,2 % en 2016 selon le site United States Elections Project) et de nombreux États ont été débordés par un déluge de bulletins envoyés par correspondance dû à la situation sanitaire actuelle. Donald Trump remet en question le comptage de ces voix et espère ainsi faire pression et demander un recompte de ces voix à la Cour Suprême.

La principale réaction du marché aux résultats provisoires a été un rebond des prix des bons du Trésor américain et du marché action du fait de l'absence de « vague bleue » (vague démocrate) redoutée par les marchés.

Quel impact économique peut-on attendre d'un gouvernement divisé (Mr Joe Biden à la présidence alors que le Sénat reste sous contrôle républicain) ?

À court terme, un résultat contesté ouvrirait une période d'incertitudes juridiques. Dans un tel scénario, un potentiel accord au Congrès sur un nouveau plan de relance budgétaire serait retardé, ce qui pèserait sur les perspectives économiques du pays.

À moyen terme, le plan de relance fiscale devrait être moins important qu'attendu. En effet, si les mesures additionnelles envisagées par les Démocrates allaient de 2 200 MdUSD à 3 000 MdUSD, celles des Républicains s'établissaient plutôt aux alentours de 500 MdUSD. Étant donné que tout nouveau stimulus nécessitera probablement un compromis bipartite, la taille de tout plan de relance sera, sans aucun doute, plus limitée qu'espéré en cas d'une forte représentation du parti démocrate. Compte tenu de cette limitation du plan de relance, et dans l'hypothèse où l'épidémie continuerait à progresser, la Réserve fédérale n'aurait pas d'autre choix que de desserrer encore plus les rênes monétaires.

Nous anticipons, également, deux impacts majeurs de ce partage des pouvoirs entre Républicains et Démocrates :

  1. L'administration démocrate souhaitait proposer un plan d'investissement, pour allouer 2 000 MdUSD de ressources à l'énergie propre et aux infrastructures au cours de son premier mandat. Les domaines d'investissement potentiels comprennent les routes, les espaces verts, la modernisation des bâtiments et les bornes de recharge pour véhicules électriques. Cependant, ces projets devraient être partiellement entravés avec cette situation bipartite.
  2. Joe Biden devra aussi réviser ses propositions de hausses de taxes et de durcissements des régulations dans les secteurs de la technologie et de l'énergie. Ainsi, sa proposition d'augmenter le taux légal de l'impôt sur les sociétés pourrait être abandonnée, ce qui donnera une impulsion aux bénéfices des entreprises américaines.

Quel impact peut-on attendre sur les marchés financiers ?

Dans un contexte de nouvelles mesures de soutien budgétaires et de conditions financières accommodantes, l'environnement devrait rester favorable aux actifs américains. Comme évoqué ci-dessus, les marchés devraient réagir positivement à l'absence de changement de règles sur les impôts. Nous continuons donc à surpondérer les actions et les obligations américaines en privilégiant les entreprises de qualité. La trajectoire de l'USD est moins directionnelle, et nous anticipons une consolidation autour des niveaux actuels avec un objectif vers les 1,15 contre euro en fin d'année.

Ensuite, Joe Biden a d'ores et déjà annoncé qu'il s'engageait à rejoindre l'accord de Paris sur le climat. Cela pourrait être bénéfique pour toutes les entreprises qui sont dans les énergies renouvelables et la transition énergétique.

Enfin, l'administration de Joe Biden devrait aussi avoir une approche multilatérale moins clivante que celle de son prédécesseur. On peut donc s'attendre à une normalisation des relations avec les institutions internationales et une attitude moins conflictuelle avec la Chine. Cela devrait avoir un impact positif pour les actifs des marchés émergents. De plus, l'administration de Joe Biden sera a priori moins encline à soutenir le Royaume-Uni et rend probable une position plus accommodante du gouvernement de Boris Johnson dans les négociations du Brexit.

 

Nos prochains rendez-vous

La Fondation Vallet au service de l’excellence et de la lutte contre la Covid-19

Mardi 24 novembre 2020 - 11.00

La Fondation Vallet joue un rôle déterminant dans la lutte contre la Covid-19, grâce à ses jeunes médecins boursiers. La situation sanitaire est aussi synonyme de grands changements dans nos échanges.

Quelles sont les limites de la digitalisation massive et des conférences à distance, leur impact pour notre santé et notre esprit ?

L’investissement forestier : outil de diversification patrimoniale au service de la lutte contre le réchauffement climatique

La forêt joue un rôle prépondérant dans la lutte contre le changement climatique. Elle capte et stocke chaque année près de 12 Gt de CO2 au niveau mondial (130 Mt de CO2 en France). La préservation de ce puits de carbone naturel est donc essentielle.

Date importante

1er décembre 2020

HSBC France deviendra HSBC Continental Europe, sous réserve des accords

réglementaires et de l’approbation des actionnaires. Cette évolution n’aura aucune

incidence sur vos opérations bancaires au quotidien.

Retrouvez tous les détails sur www.hsbc.fr dès le 1er décembre.

Un pas de plus vers les secteurs cycliques

Avec l'annonce du nouveau président élu, nous pensons que les marchés se concentreront de nouveau sur les fondamentaux. Nous anticipons cela en relevant notre exposition aux valeurs cycliques. Jusqu'à maintenant, nous avions gardé une faible exposition sur ces valeurs, nous l'augmentons désormais en arbitrant les secteurs industriels et matériaux au détriment des secteurs de l'énergie et des produits de consommation courante.

En Europe, nous continuons de penser que le secteur manufacturier est plus solide et plus résilient que celui de la consommation globale tant que l'épidémie de la Covid 19 pèse sur la confiance. Aux États-Unis et en Chine, la demande des ménages est soutenue, elle continuera de croître après les élections et le vote du plan de relance.

Pour autant, une plus grande exposition sur les cycliques ne veut pas dire que nous abandonnons notre préférence sur les valeurs de croissance : avec leurs bilans solides, leurs leadership, ces entreprises devraient continuer à exceller. Nous continuons de gérer les risques à court terme en maintenant une diversification avec l'or et la gestion alternative.

Notre allocation globale sectorielle devient donc plus cyclique. Cela l'est clairement aux États-Unis mais encore seulement marginalement en Europe. Au mois de juin, nous avons augmenté notre exposition aux marchés actions, en juillet nous avons initié un premier retour sur les secteurs cycliques. Cette évolution dans l'allocation se base sur notre certitude que la reprise économique est en cours avec en soutien les politiques fiscales et monétaires. Les derniers sondages d'entreprises, les publications trimestrielles et les dernières prévisions des entreprises vont dans ce sens.

 

Route aerienne
Homme dans les escaliers
Nous pensons que lorsque l'élection américaine sera bien derrière nous, il sera beaucoup plus simple pour le marché de se focaliser sur les fondamentaux et la reprise économique.
  • Nous augmentons notre pondération sur les secteurs matériaux de base. La demande globale et particulièrement la demande Chinoise sont fortes après le redémarrage du secteur manufacturier.
  • Nous réduisons les produits de consommation courante, un secteur défensif, et aussi le secteur de l'énergie affecté par les perspectives des prix du pétrole et la poussée de la révolution verte. Les valeurs européennes de l'énergie semblent moins impactées, nous restons à neutre dans cette région.
  • En Europe, nous préférons toujours le secteur manufacturier aux valeurs de la consommation. Aux États-Unis, la baisse des taux profite au marché de l'habitation individuelle et aux ventes automobiles. La confiance des consommateurs pourrait encore s'accroître après la fin du dépouillement électoral et le vote du plan de relance économique. En Asie, l'activité du e-commerce est forte, nous augmentons notre exposition sur les secteurs de la consommation.

Si la rotation sectorielle vers les cycliques se produit, cela pourrait engendrer de la volatilité à court terme et des prises de profit dans le secteur de la technologie. Pour autant nous ne pensons pas que ce phénomène perdure, le secteur de la technologie profite de tendances à long terme, nous gardons notre surexposition sur le secteur.

 

Avec la reprise de l'épidémie et des perspectives économiques dégradées, nous passons à neutre sur les actions françaises. Nous réduisons aussi fortement notre position sur les actions suisses en transférant l'allocation sur les marchés émergents : cela illustre notre conviction que les économies d'Asie et la Chine en particulier continuent leur rebond.

Sur les marchés de taux, dans un environnement continu de rendement faibles, nous restons investis uniquement sur la dette crédit de qualité ainsi que sur la dette émergente en devise locale pour capturer l’écart de taux avec les emprunts d'État.

Pour maintenir la diversification des classes d'actifs dans les portefeuilles, nous gardons notre exposition sur l'or en dépit du potentiel limité.

Indicateurs

     

Vues au 30 octobre 2020

Les données sont présentées à titre d’illustration seulement et peuvent être soumises à des modifications.

Sources : Bloomberg au 30/10/2020

Eau de mer

Interview de Yan Taw Boon, Managing Director Neuberger Berman

Yan Taw Boon, Managing Director, est directeur de la recherche (Asie) et gestionnaire de portefeuille pour les portefeuilles thématiques de recherche de Neuberger Berman dont les Véhicules Autonomes, la « Next Generation Connectivity » et la « Next Generation Mobility ».

 

Comment définiriez-vous la 5G et en quoi s’agit-il d’une vraie avancée technologique ?

La 5G est la technologie sans fil de cinquième génération, un élément clé qui permettra une nouvelle vague d’innovations et d’applications qui transformeront l'économie mondiale et notre vie quotidienne, notamment l’IA, la robotique, les voitures connectées et l'Internet des Objets (IoT).

Les principales différences entre la 5G et la 4G sont les suivantes :

  • Tout est connecté : permet de connecter 100x plus d’appareils et de connecter au réseau beaucoup plus d’appareils (« Internet of things »)
  • Haute vitesse : atteindre des vitesses maximales jusqu'à 100 fois celles du 4G
  • Faible latence : temps de réponse de <0,001s, permettant des applications critiques telles que la conduite autonome et la chirurgie à distance qui ne peuvent se permettre aucun retard de connectivité.

Quelle va être l'impact économique du déploiement de cette nouvelle génération de connexion mobile ?

La 5G est une opportunité de grande envergure et d'une ampleur considérable. On estime que la 5G permettra de générer 13,2 billions de dollars d'opportunités économiques d'ici à 2035 et de créer 22,3 millions d'emplois. Elle va transformer un large éventail d'industries avec des services connectés, et permettra également d'importantes opportunités économiques au cours de la prochaine décennie. De nombreux pays considèrent la 5G comme un atout stratégique et accélèrent le développement de la technologie 5G.

Quel est le calendrier de mise en place de cette nouvelle technologie et en quoi le contexte actuel favorise-t-il cette solution ?

L'augmentation du travail à distance et de l'éducation en ligne dans le contexte de la pandémie de coronavirus a fait progresser le besoin de technologies 5G. Nous avons également vu la technologie 5G déployée par les gouvernements et les hôpitaux dans la lutte contre la pandémie, par exemple pour la surveillance à distance des patients. L'année 2020 marque l'accélération de nombreux projets liés à la 5G. Nous en sommes au début de la phase I de déploiement, qui consiste à élargir le réseau public 5G. La phase II de l'expansion de la 5G viendra probablement après 2025, en s'étendant aux entreprises privées. La 5G est une tendance irrépressible qui entraînera d'énormes possibilités d'investissement. Compte tenu de la longueur du cycle, nous pensons que le rapport risque/rendement est très intéressant, car nous prévoyons une accélération de la croissance des bénéfices de nos principales participations à mesure que la 5G se développera.

Quelles sont les principales opportunités d'investissement dans l'univers 5G ?

Nous nous concentrons sur les principaux facilitateurs et bénéficiaires de la 5G et de l'Internet des Objets – (1) infrastructure de réseau, (2) dispositifs Internet des Objets et (3) services et applications.

  1. Infrastructure de réseau : nous prévoyons que la demande d'équipements de test et de mesure pour la R&D des réseaux 5G, ainsi que de semi-conducteurs et d'autres composants pour les équipements de réseau, augmentera considérablement.
  2. Dispositifs Internet des Objets : le nombre de dispositifs va considérablement augmenter dans le monde de la 5G, créant une demande accrue de capteurs, de composants de radiofréquence et de logiciels permettant l'Internet des Objets et ses applications. Le smartphone 5G en sera à ses débuts. La Chine a déjà lancé le smartphone 5G, qui représente aujourd'hui plus de 20 % des ventes de smartphones.
  3. Services et applications : la 5G donnera naissance à un large éventail de fournisseurs de services qui prendront en charge le flux de données plus rapide et plus volumineux.

Il faut noter que les possibilités d'investissement dans l'espace 5G évoluent au fil du temps. Dans la phase initiale du déploiement de la 5G, les entreprises de cette catégorie d'investissement seront plus exposées aux infrastructures de réseaux et de données et verront leurs bénéfices augmenter. Dans le même temps, au cours de la dernière phase de développement de la 5G, l'exposition aux fournisseurs de services sera plus importante, car les revenus des fournisseurs de services et d'applications décolleront avec la prolifération de la 5G.

Quels sont les principaux risques associés au thème ?

Il faut noter la présence de risques géopolitiques. La « démondialisation » due aux tensions commerciales a donné plus de possibilités d'investissement. Nous assistons à une accélération du développement et du déploiement de la technologie 5G en raison de la course entre les États-Unis et la Chine. Alors que certains s'inquiètent de l'impact de l'interdiction de Huawei sur la 5G, nous pensons que cela ouvre de nouvelles perspectives de croissance grâce à l'émergence d'une chaîne d'approvisionnement technologique plus diversifiée à mesure que l'Asie développe ses technologies.

Je pense qu'un autre risque, mais à un horizon beaucoup plus lointain, réside dans la fin du cycle 5G. Chaque thème d'investissement aura son cycle et nous ne sommes qu'au tout début du déploiement de cette nouvelle technologie. Lorsque la 6G arrivera, il y aura de nouvelles opportunités qui sont aujourd'hui difficiles à envisager. L'univers d'investissement ne cesse de s'étendre. Nous observons beaucoup plus de nouvelles applications au cours des six à douze derniers mois, comme la surveillance à distance des patients. Nous sommes constamment à la recherche d'opportunités qui évoluent et sont pertinentes, non seulement pour le présent, mais aussi pour l'avenir.

Note à l’attention du lecteur du présent document.
 

Ce document est publié par HSBC Private Banking France, établissement en France de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A., à titre d’information uniquement et ne revêt aucun caractère contractuel. Les informations contenues dans ce document ne constituent ni un conseil en investissement, ni une offre d’achat ou de vente d’un produit ou d’un service financier et ne doivent pas être interprétées comme tels. En outre, ces informations sont uniquement destinées aux ressortissants de pays où leur utilisation n’est pas contraire aux lois ou réglementations locales en vigueur. Il relève de la responsabilité de chaque investisseur de se conformer aux lois ou réglementations locales qui lui sont applicables. Si vous avez des questions concernant les informations figurant dans le présent document, nous vous invitons à contacter votre interlocuteur privilégié ou, le cas échéant, à prendre avis auprès de vos conseils habituels.
 

La teneur du présent document repose sur des informations obtenues auprès de sources considérées comme fiables mais non contrôlées de manière indépendante. Bien que ces informations aient été préparées de bonne foi, aucune déclaration ni garantie, expresse ou tacite concernant leur exactitude ou leur exhaustivité, n’est ou ne sera faite et aucune responsabilité n’est ou ne sera acceptée par HSBC Private Banking France ou le Groupe HSBC ou par aucun de leurs dirigeants, employés ou salariés respectifs. Les informations sont communiquées, les opinions sont formulées et les estimations sont faites sur la base de nos connaissances au moment de la publication du présent document et peuvent faire l’objet de modifications sans préavis, sous réserve de dispositions légales ou réglementaires contraires.
 

Avant d’investir dans un Organisme de Placement Collectif (OPC) de droit français ou étranger ou dans un support en unité de compte adossé à un OPC de droit français ou étranger pour les contrats d’assurance-vie et/ou de capitalisation, vous devez prendre connaissance impérativement et attentivement de la version française du Document d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI) et de son prospectus, documents réglementaires disponibles sur demande ou sur ainsi que pour les contrats d’assurance-vie et / ou de capitalisation de la Notice d’Information / des conditions générales et des conditions additionnelles applicables aux clients de la succursale française de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. 
 

Avant toute décision d’investissement, il vous appartient de vous assurer, avec l’aide de vos conseils habituels, que le ou les supports considérés correspondent à votre expérience, à vos connaissances, à votre situation financière, à vos objectifs d’investissement, à votre sensibilité au risque, ainsi qu’à la réglementation dont vous relevez (et notamment la législation locale à laquelle vous seriez éventuellement assujetti). 
 

Les performances passées ne préjugent en rien des résultats futurs, et doivent être analysées avec prudence. Les investissements, soumis aux fluctuations de marché, peuvent varier tant à la baisse qu’à la hausse, et présentent un risque de perte en capital. 
 

Nous vous rappelons que selon la réglementation en vigueur, les personnes physiques, associations et sociétés n’ayant pas la forme commerciale, domiciliées ou établies fiscalement en France, sont tenues de déclarer, lors de leur déclaration de revenus ou de résultats, les comptes ouverts, détenus, utilisés ou clos à l'étranger ainsi que les revenus afférents. En outre, concernant les personnes physiques, dès la perception de revenus mobiliers par l’intermédiaire de ces comptes, ces dernières doivent s’acquitter des prélèvements sociaux et, le cas échéant, d’un acompte d’impôt sur le revenu. Enfin, sous certaines conditions, la fraction de la valeur représentative d’actifs immobiliers de parts ou actions de sociétés ou organismes détenus sur ces comptes doit être déclarée à l’impôt sur la fortune immobilière si les titulaires concernés en sont redevables.
 

Par ailleurs, selon la réglementation en vigueur, les personnes physiques domiciliées fiscalement en France, sont tenues de déclarer, lors de leur déclaration de revenus, certaines informations relatives aux contrats de capitalisation et placements de même nature, et notamment aux contrats d’assurance-vie, souscrits auprès d’organismes établis hors de France et, le cas échéant, les produits générés sur ces contrats lors d'un rachat total ou partiel. En outre, ces dernières doivent s’acquitter, des prélèvements sociaux exigibles au titre de leur contrat. Enfin, la valeur de rachat des contrats d’assurance rachetables et des bons ou contrats de capitalisation à hauteur de la fraction de leur valeur représentative des unités de compte composées d’actifs immobiliers imposables doit être déclarée à l’impôt sur la fortune immobilière si les titulaires concernés en sont redevables. 
 

En cas de non-respect de ces obligations, les personnes concernées s’exposent à des rappels d'impôts et à l'application de sanctions. Pour plus de précisions concernant les obligations déclaratives et fiscales vous incombant, nous vous recommandons de vous rapprocher d’un conseil indépendant.
 

Conformément aux dispositions du Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles (UE) 2016/679 du 27 avril 2016 toutes les données à caractère personnel sont collectées, traitées et conservées conformément à la Charte de Protection des Données Personnelles accessible sur le site :
 

http://www.hsbc.lu/
 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'une des informations de cette Charte de Protection des Données Personnelles, veuillez adresser vos questions, commentaires et demandes à votre interlocuteur habituel ou à http://www.hsbc.lu/ ou à notre Délégué à la Protection des Données qui peut être contacté à l'adresse suivante :
 

HSBC Continental Europe - Délégué à la protection des données

38 avenue Kléber, 75116 PARIS, France 

ou dataprotection@hsbc.fr
 

Il est par ailleurs rappelé que, conformément à la réglementation applicable, tout consommateur dispose de la possibilité de s’inscrire gratuitement sur la liste d’opposition à démarchage téléphonique : www.bloctel.gouv.fr. Il est interdit à un professionnel de démarcher téléphoniquement un consommateur inscrit sur cette liste, sauf en cas de relations contractuelles.
 

L’activité de banque privée peut être exercée dans le monde entier par différentes entités juridiques du Groupe HSBC conformément aux exigences réglementaires locales. Les produits et les services décrits dans ce document peuvent être proposés par différentes sociétés du Groupe HSBC. Certains produits ou services ne sont cependant pas disponibles dans certaines zones géographiques. Par ailleurs, certaines agences HSBC interviennent en tant que points d’entrée de HSBC Private Banking France mais ne sont pas autorisées à présenter ou vendre des produits et des services, ou encore à offrir des conseils à la clientèle privée. De plus amples informations sont disponibles sur demande. Une liste complète des entités de banque privée est disponible sur notre site Internet, www.hsbcprivatebankfrance.com
 

© Copyright.HSBC Private Banking France. TOUS DROITS RESERVES.
 

Aucune partie de ce document ne peut être reproduite, stockée dans un système de récupération de données ou transmise à quelque fin ou par quelque moyen que ce soit (électronique, mécanique, photocopie, enregistrement ou autre) sans la permission expresse et écrite de HSBC Private Banking France, 38 avenue Kléber – 75116 Paris – France.

HSBC Private Banking France

Etablissement en France de

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A.

Adresse de l’établissement : 

38 avenue Kléber – 75116 Paris (France)

Tél +33 (0) 1 49 52 20 00

SIREN 911 971 083 RCS Paris

TVA intracommunautaire : FR34911971083

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A.

Société anonyme de droit luxembourgeois

Capital social : 240.000.000 euros

Numéro d’immatriculation RCS Luxembourg : B52461

Siège social : 18 Boulevard de Kockelscheuer - L-1821 Luxembourg

Banque et intermédiaire en assurances immatriculé auprès de l’Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurances sous le numéro 2011CM008 (www.orias.fr

Site internet : www.hsbcprivatebankfrance.com  

HSBC Private Banking France est la succursale de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. en France.

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. est agréée en tant qu'établissement de crédit et soumise au contrôle prudentiel de la Commission de Surveillance du Secteur Financier au Luxembourg (CSSF) et est autorisée à exercer ses activités en France à la fois sur la base de la libre prestation de services et par l'intermédiaire de sa succursale.

HSBC Private Banking France est située au 38 avenue Kléber, 75116 Paris, France. 

En plus d'être principalement supervisée par la CSSF au Luxembourg, HSBC Private Banking France est également soumise à la surveillance de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) :

L'adresse de contact de l'ACPR est la suivante : 

    Autorité de Contrôle prudentiel et de résolution

    4, place de Budapest

    CS 92459

    75436, Paris Cedex 09

    France

 

L'adresse de contact de l'AMF est la suivante : 

    Autorité des marchés financiers

    17, place de la Bourse

    75082, Paris Cedex 02

    France

This insight is only available when you're logged on.  

 

It is restricted to HSBC customers with the appropriate account details or transaction history.

Unfortunately, this content isn't available based on your account details. 

 

However there's still a wealth of information here for you.